Te retrouver – Keren David

Te retrouver Avant d’être adoptée par une famille aisée londonienne, Cass était une Jones. Mais tous ses souvenirs se sont envolés lorsque, à deux ans, elle a pris le nom de Montgomery, grande lignée de politiques anglais. Sa vie est bien tranquille, Will Hugues mis à part. Pourquoi le beau gosse du lycée s’intéressait à elle alors que sa cour est aussi grande que celle du prince Harry ? Mais le petit monde de Cass s’effondre le jour où son père se retrouve au coeur d’un scandale conjugal, et que sa famille vole en éclats. C’est ce jour même que choisit Aidan, son frère biologique, pour réapparaître sur Facebook. Aidan Jones, 18 ans, est passé de foyers en foyers après avoir fui un père abusif et une mère indifférente. Il survit grâce à de petits boulots dans le quartier de Camden et partage un studio avec sa copine Holly, une jeune fille un peu plus âgée que lui, et le fils de celle-ci. Cass et Aidan doivent apprendre à se connaître et apprivoiser leurs différences. Mais les liens du sang sont-ils plus solides que ceux qui vous ont construits ?

L’avis de Nine :
Un livre qui explose le schéma familial dit normal. Présenter en miroir le point de vue de Cass (la sœur) et d’Aidan (le frère) qui ont tous deux des parcours très différents, permet de se rendre compte que l’environnement, les expériences, les traumatismes fondent un être. Mais sous la plume de Keren David il y a une note d’espoir, tout n’est pas perdu, immuable, au contact de ceux que l’on aime, avec de l’aide et du soutien, il est possible de constituer une famille solide qui réponde finalement à l’image de ce que l’on souhaite. Avec des couleurs, des caractères différents, des codes à inventer et des liens à retrouver.

Ce Young Adult est novateur et apporte un souffle nouveau dans le genre. Il met davantage l’accent sur les difficultés que rencontrent les deux jeunes gens dans leur propre vie plutôt que se focaliser sur leurs retrouvailles… qui devient le simple déclencheur. J’ai vraiment bien aimé la vision de l’auteur.

Cass et Aidan ont été séparés à l’âge respectif de 4 et 6 ans. Depuis lors, Cass a grandi dans une famille aimante et aisée qui l’a adopté. Le père, un homme politique respecté, connaît des déboires médiatiques depuis qu’il a quitté la maison conjugale pour s’installer avec sa stagiaire enceinte. Cass est confrontée alors au regard des autres et surtout doit faire face à la séparation de ses parents. Cette situation la projette dans un tourbillon qui l’oblige à se questionner sur ce qu’elle veut, sur ses origines et surtout ce qu’elle souhaite. En répondant à l’invitation d’Aidan, elle ne va pas seulement retrouver son frère, elle va aussi s’émanciper et trouver en Will, le beau gosse du lycée, un soutien inébranlable et patient.

Aidan n’a pas eu la même chance que sa sœur. Il a subi le système en changeant régulièrement de famille d’accueil en foyer et enfin il a dû se débrouiller seul. Depuis quelques mois, il connaît un semblant de vie normale auprès de Holly et de son fils, Finn. Ce n’est pas tout rose loin de là, mais il a un boulot, une maison qu’il considère pour la première fois comme étant chez lui, a une compagne aimante et a le soutien de son ami de galère et de toujours, Rich. Ce qui lui manque cruellement pourtant, c’est sa petite sœur Cass, et c’est à l’aide de la toile qu’il va remédier à cette absence.

Les retrouvailles vont amener les deux jeunes gens à se rendre compte mutuellement du fossé qui les sépare. La mémoire de Cass ne facilite pas les choses et le rapprochement ne s’opère pas immédiatement. Il faut dire que tous deux traversent des moments compliqués dans leur vie respective. Entre apprendre à vivre avec des parents séparés pour Cass et survivre aux traumatismes pour Aidan, ce n’est pas gagné. Ajoutez à cela des non-dits qui donnent lieu à des secousses émotionnelles et une mère biologique complètement irresponsable, le renouement ne s’apparente pas à un conte de fées. C’est nettement plus complexe… et beaucoup plus intéressant.

L’auteur réussit à nous immerger dans son univers et il est difficile de ne pas craquer pour Aidan. Ce jeune homme qui se sous-estime continuellement, qui n’est pas doué pour écrire les mots et dont la culpabilité est ancrée dans sa génétique. Il est adorable et bouleversant de réalisme et m’a davantage ému que sa sœur qui m’est apparue protégée, indifférente par moment et engluée dans sa colère durant une bonne partie du livre. Être spectateur de l’errance d’Aidan, le voir se perdre quelques fois plutôt que d’affronter par peur de tour perdre est prenant. J’ai eu de la compassion pour ce jeune homme d’à peine 19 ans qui a déjà de grandes responsabilités.

Les personnages secondaires qui gravitent autour de la fratrie sont intéressants aussi, j’ai particulièrement apprécié Will qui amène un peu de folie et de normalité dans les relations. Le père de Cass m’a surprise aussi et de manière positive.

La conclusion de cette histoire est surprenante et bien imaginée. Keren David nous raconte une belle histoire sur l’adoption, le pardon, les mauvais choix… et l’envie de s’en sortir, de stabilité et d’une famille aimante. Une belle découverte.

Éd. Hugo Roman (Collection New Way), novembre 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s