Décoller (Above All, Tome 3) – Battista Tarantini

Above All: Décoller, tome 3Pour acheter ce livre via Amazon
Depuis quelques temps, tout nous souriait : Andreas donnait à notre couple une chance de parvenir à un équilibre, je volais sans faillir.
Il a pourtant suffi d’une mission pour que nos vies basculent.
L’escale sur l’archipel d’Hawaï est sur le point de s’achever et les démons du passé ont décidé de nous tourmenter.
Pourvu que nous nous en sortions indemnes. Pourvu que le destin ne nous joue pas encore de mauvais tours…

L’avis de Nine:
Quelle conclusion magistrale et époustouflante ! Le titre présage un décollage immédiat dans les airs en compagnie d’Alexi et Andreas, en cela vous ne serez pas déçu. Mais rien ne nous préparait à vivre de véritables montagnes russes d’émotions qui ne prennent fin qu’à l’épilogue livré par Ice. C’est un tourbillon de sensations : on passe de la joie à l’état pur à la colère, de la motivation à l’essoufflement, de la peur à l’enthousiasme brut et aussi ce sentiment de grande fierté pour ce couple qui trouve enfin un équilibre, leur équilibre à l’image de ce qu’ils sont : singuliers.

Le couple que forment Alexi et Andreas va devoir surmonter de nombreuses épreuves et la confiance fragile qu’ils avaient acquise va être malmenée. Il est question de vérité, de trahison, de faire face aux conséquences, d’amour absolu et inconditionnel et d’envol aussi. Décoller est exactement l’état d’esprit dans lequel se trouve le lecteur et les sensations qu’il ressent. Nous embarquons à bord du cockpit d’Alexi pour une virée d’enfer, tourmentée et libératrice. Autant vous le dire, accrochez-vous, car ça déménage !

Battista Tarantini ne nous épargne pas et adore, tel un balancier, nous secouer et nous envoyer dans plusieurs directions. Elle nous émeut, nous assomme, nous attendrit. Elle pousse à son paroxysme toutes les facettes de ces personnages principaux : bornés, charismatiques, intransigeants, sévère, débordant de sex-appeal, passionnés, intrépides et amoureux. Tous les éléments savamment distillés dans les épisodes précédents s’emboîtent et explosent à la figure.

Le début est romantique à souhait. Les deux tourtereaux filent le parfait amour et vivent des moments d’une sensualité inouïe à bord du porte-avions USS Percival Lowelll. Puis l’orage se pointe, d’abord sous les traits de Gabriel, l’ex-amant d’Alexi, puis de Darleene, l’épouse d’Andreas, et de Drake, l’ami, le confident qui va voir sa vie, lui aussi, imploser. Ce dernier va vivre des moments douloureux, se remettre en question, faire des choix et aller de l’avant. Sa résurrection est étroitement liée à celle d’Alexi et Andreas.

Nous sommes ensuite projetés durement à Hikam, la base militaire d’Hawaii. Alexi poursuit sa formation en pilote automatique et assimile toutes les techniques pour sa présentation aux commandes de son chasseur et devant un parterre de gradés et de journalistes. Faire bonne figure bon gré mal gré. Mais au fond d’elle, c’est le vide absolu, elle souffre, résiste, s’interroge, s’envole aussi et trouve la sérénité dans les airs. Brillante, performeuse à l’esprit vif, elle est reconnue par ces pairs qui la prédestinent à une grande carrière de pilote.
Quant à Andreas, place à l’action… vivre ses aspirations, envies et se libérer de ses chaînes qui l’oppressent depuis si longtemps. La banquise qui entoure Ice se craquelle dangereusement.

Et puis, c’est le temps du confinement dans la petite villa au cœur de Honolulu. La peur qui tord les tripes et empêche de dormir avec son lot de sueur froide. Vivre chaque jour comme un automate. Mais le mentor, indicatif Godzilla, veille ! Avec sa pudeur, douceur et retenue, il oriente, accompagne et cajole. J’ai adoré en savoir plus sur cet homme qu’Ice idolâtre et respecte. Son histoire, que l’on devine, est triste et tellement belle. Et puis Drake, ce roc, cet homme affectueux traverse une rude période. Alexi et Drake vont évoluer ensemble, se serrer les coudes. Le charmeur, plus si solaire, va pouvoir compter sur Zora la magnifique aussi.

Comme l’on pouvait s’y attendre, Battista Tarantini a concocté un final grandiose. Des répliques somptueuses et une fougue qui vous emportent la tête dans les nuages, un happy-end parfaitement parfait ! Et à la lecture de la dernière scène et du point final, un sourire niais sur le visage, vous aurez !

Vous l’aurez sans doute compris, je suis totalement fan de cette série calibrée au millimètre, d’un réalisme fou et irrésistiblement fun. Servi par la plume incisive, précise et hautement addictive d’une jeune auteure française sur lequel il faut compter, à n’en pas douter !

Éd. Angels Éditions (Collection Fire), février 2016.

coup de coeur

 

 

Lien vers le #1 : Embarquer
Lien vers le #2 : Résister

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s