Hier encore, c’était l’été – Julie de Lestrange

Hier encore, c'était l'étéPour acheter ce livre via Amazon
Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l’enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l’adolescence, la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir apprendre à se battre pour exister. À travers
les drames subsistent alors l’amitié, les fous rires et les joies. Et l’amour, qui les sauvera.

L’avis d’Anna:
Hier encore c’était l’été, premier roman de Julie de Lestrange, dresse un tableau doux-amer de la jeunesse parisienne de ce début de vingt et unième millénaire. L’auteure nous plonge dans le quotidien d’Alexandre, Anouk, Marco et Sophie, une joyeuse bande d’amis qui se côtoie depuis l’enfance. Devenus jeunes adultes, ils vont devoir trouver leur voie et se forger leur propre identité. Leurs liens résisteront-ils aux vicissitudes de l’existence ?
C’est à travers le regard d’Alexandre, la vingtaine et apprenti journaliste, que nous découvrons la trajectoire des personnages, leurs peines, leurs joies et l’évolution de leur relation. Chacun peut aisément se reconnaître dans les tranches de vie ici décrites : rencontre du premier amour, débuts difficiles dans le monde professionnel, emménagement, à l’aide des potes, dans son premier chez soi. Les difficultés rencontrées rendent d’autant plus précieux les instants de bonheurs retrouvés…

Si ce roman est pavé de bons sentiments, l’amitié et l’amour filial constituant les moteurs pour avancer dans la vie, il peut décevoir par son côté un peu trop prévisible et une vision conformiste du bonheur : de jeunes adultes extirpés du cocon familial et de l’innocence de l’enfance et qui partent à la quête de ce paradis perdu en aspirant à recréer leur propre foyer.

Néanmoins, ce roman qui se lit en un éclair, tant l’écriture est fluide, résonne en chacun de nous comme une musique lointaine et familière, grâce à l’universalité des moments contés. Pour vous faire votre propre opinion, il ne vous reste plus qu’à le lire !

Éd. Fayard (Mazarine), juin 2015.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s