Confess – Colleen Hoover

ConfessPour acheter ce livre via Amazon
Auburn Reed a des plans très précis pour son avenir, et elle ne laissera personne se mettre sur son chemin. Lorsqu’elle franchit la porte d’une galerie d’art à Dallas pour un entretien, elle s’attend à tout sauf à l’irrésistible attraction qui la pousse vers Owen Gentry. Cet artiste énigmatique semble avoir beaucoup de choses à vouloir cacher à tout prix. Pour tenter de découvrir ses secrets les plus intimes, Auburn va baisser toutes ses barrières, pour comprendre qu’elle risque bien plus gros qu’elle ne pensait. Elle n’a qu’une solution : s’éloigner d’Owen au plus vite. Mais la dernière chose que souhaite Owen, c’est la perdre. Pour sauver leur relation, il devra tout confesser. Mais parfois, les mots peuvent être bien plus destructeur que la vérité…

L’avis de Nine:
Cette auteure a vraiment le chic pour écrire des fictions uniques en son genre. Elle arrive toujours à imaginer et rendre des histoires assez classiques en quelque chose d’incomparable. Primo, ses personnages ont cette sensibilité, fêlure et maturité qui leur sont propres et deuxio les situations qu’elle invente sont habiles, novatrices et accrocheuses. Ces caractéristiques sont reconnaissables immédiatement tant l’écriture de la dame en est empreinte. Confess regorge de ses qualités et en quelques mots et phrases, vous tombez instinctivement amoureuse de ce couple et de ce récit.

L’histoire mêle astucieusement celle d’Owen avec son père, celle d’Auburn avec sa belle-famille, et leur relation compliquée est tellement belle. Je ne peux décidément pas raconter la trame de l’histoire, car la narration s’entremêle et le cheminement est important et doit être découvert par soi-même. Auburn est une jeune femme marquée par son amour lumineux et antérieur avec Adam. Cette histoire précédente est la raison de son déménagement au Texas. Coiffeuse par obligation, elle traverse la vie en ayant qu’un seul but que je tairais, puisqu’il est le nœud du récit. Sa route l’amène devant la galerie d’Owen Gentry, artiste peintre. À son contact, la jeune femme va s’éveiller, trouver un soutien indéfectible, puiser de la force et reconsidérer sa situation. Elle voit dans le regard de l’artiste une âme sœur qu’elle n’espérait pas. Toutefois, le passé et les personnes malveillantes qui l’entourent vont essayer d’empêcher ce rapprochement.

Owen est un jeune homme complètement investi dans son art qui s’inspire de confessions anonymes qu’il reçoit quotidiennement. Il entretient une relation chaotique avec son père depuis plusieurs années à la suite d’un malheureux accident, dont il responsable. Installé dans son métier et salué par la critique, il reconnaît aussitôt en Auburn la femme qui peut le rendre heureux et l’aimer tel qu’il est. Malheureusement, son vécu le rattrape et le contraint de mettre fin à cette relation naissante. Entre la possession et la passion que déclenche Auburn en lui, malgré les interdictions et les risques, il va n’avoir de cesse de se rapprocher de la jeune femme et de saisir toutes les occasions pour la sortir des griffes de la mère et du frère d’Adam. Arriveront-ils à se détacher de l’emprise et de leur obligation pour vivre cet amour qui les consume ?

Je suis vraiment bluffée par la maîtrise et les rebondissements de l’histoire, quand bien même j’en avais deviné la conclusion. Avoir enrichi le contenu avec de superbes peintures de Danny O’Connor rend le récit encore plus réel. Et imaginer la confession et les secrets pour en expliquer les coups de pinceau est particulièrement ingénieux et passionnant aussi. J’aurais souhaité que l’auteure nous en délivre plus, s’appuie davantage sur ce concept subtil de confessions, quoi qu’émue parfois aux larmes par certaines. Quelle belle idée !

Que dire de ce couple qui spontanément se reconnaît. Les moments qu’ils partagent sont doux, sensuels et en même temps teintés d’urgence, sur le qui-vive. L’alchimie est palpable et il y a ce petit truc qui vous agrippe tout de suite. L’envie d’en savoir plus, de découvrir les secrets que chacun préserve et libère au compte-gouttes et un puissant leitmotiv pour le lecteur, en dépit de la fin que j’ai trouvé un peu précipitée. J’aurais aimé un échange plus intense entre Owen et son père lors de leurs retrouvailles tant espérées. Rester un peu plus auprès d’Owen et Auburn. Les personnages secondaires sont réussis aussi. Que ce soit Emory, la colocataire d’Auburn loufoque, mais ô combien perspicace et rafraîchissante, la malintentionnée Lydia ou l’inquiétant Trey. Harrison, l’ami d’Owen, et le père dépressif d’Owen.

Colleen Hoover, voilà un nom que j’associerai dorénavant aux adjectifs : brillante, inventive, habile, talentueuse. Après un héros musicien sourd (Maybe Someday), un pilote de ligne (Ugly Love) et sa magnifique série Slammed (Indécent et Incandescent), elle nous propose deux héros à la sensibilité à fleur de peau en la personne d’un artiste peintre et d’une jeune femme astreinte affectivement. La tension durant la quasi-totalité du récit maintient en alerte et nous interroge sur le dénouement drôlement bien ficelé de cette histoire intelligente et ensorcelant !

Oh my God, Colleen Hoover signe une grande romance qui ne peut laisser indifférent !

NB : Le chapitre 21 est du point de vue d’Auburn et non celui d’Owen tel qu’il est écrit.

Éd. Hugo Roman (Collection New Romance), avril 2016.

Confess peinture

 

Trailer de la série TV 

Publicités

Une réflexion sur “Confess – Colleen Hoover

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s