Leo (Leo, Tome 1) – Mia Sheridan

Léo - Mai SheridanPour acheter ce livre via Amazon
Ce titre est le premier de la série Sign of Love. Il constitue une duologie avec Leo’s change.Evie et Léo se sont rencontrés à l’orphelinat où ils se sont liés d’une amitié indéfectible. En grandissant, leur amitié s’est transformée en un amour profond. Ils se sont promis que dès qu’ils auraient dix-huit ans et qu’ils sortiraient de leur foyer d’accueil, ils vivraient ensemble et construiraient une vie.
Mais, contre toute attente, Léo est adopté alors qu’il est adolescent et quitte le foyer pour une autre ville. En partant, il promet à Evie de l’appeler dès qu’il est installé et surtout de revenir la chercher dès sa majorité. Elle n’aura plus jamais de nouvelles… Huit ans plus tard, Evie a construit sa vie. Elle a un travail, des amis, elle est heureuse. Jusqu’à ce qu’un homme étrange fasse irruption dans sa vie, lui expliquant qu’il est là de la part de Léo qui souhaite savoir si elle va bien. Evie est attirée par cet homme au charme dévastateur, mais elle ne sait pas si elle peut lui faire confiance ou s’il cache un secret au sujet de la disparition de Léo. Saura-t-elle faire la part des choses ?

L’avis de Nine:
Après avoir plus qu’adoré Archer’s Voice, j’étais pressée de retrouver la sensibilité est la plume de Mia Shéridan. Autant le dire tout de suite, j’ai été beaucoup moins séduite par Léo.

L’histoire en elle-même est originale, deux adolescents amoureux à l’itinéraire douloureux et chaotique se revoient huit ans plus tard. Le fait d’avoir alterné entre présent et passé aussi. La relation entre eux est mignonne, ardente et passionnelle. Pourquoi alors me diriez-vous ? Eh bien, même si le résumé dévoile la trame de l’histoire et en laisse présager la finalité, j’ai eu du mal à la trouver crédible. Attention, lorsqu’il s’agit de Mia Sheridan aux manettes, c’est l’assurance de passer un moment touchant, fragile, servie par une plume subtile. Mais dans ce roman, je n’ai pas retrouvé cette magie qui m’avait vraiment soufflé. Pourtant Evie et Leo sont attachants au possible.

Tous deux issus de foyers bancals, ils se retrouvent pris en charge par le système social. Ils se rencontrent alors qu’Evie a 7 ans et Léo un an de plus. Puis, Leo à 15 ans. Il est adopté par une famille qui immigre à Sand Diégo et promet à Evie de venir la chercher dans 4 ans. Sauf qu’il n’a plus donné signe de vie… Par la suite, Evie essaye tant bien que mal de survivre auprès de ses amis aimants. Elle rencontre Jake qui se présente comme un ami de Leo et lui apprend que ce dernier est décédé. C’est douloureux de repenser à son amour perdu et dans le même temps Evie se sent irrémédiablement attirée par Jake. Mais celui-ci cache bien des secrets…

L’alternance entre passé et présent m’a plu. Cela renforce le récit et permet au lecteur de comprendre les deux héros. Leur départ dans la vie est pour le moins sordide, difficile et leur donne un sacré handicap. Celui d’avoir été rejeté par des parents qui doivent vous aimer. Comment vivre après cela ? Evie réussit avec son enthousiasme, son charme désarmant, son amour et sa volonté de trouver le meilleur dans la vie. Pour son pendant, c’est plus compliqué. De nature possessive, depuis sa plus tendre enfance les adultes se sont servi de lui, ce qui a fait naître ce besoin d’autodestruction. La seule qui arrive à l’atteindre est Evie, la seule qui arrive à le dompter et lui faire traverser ce cerceau invisible qui l’entoure.

Impossible de rester insensible à ce passif douloureux. Et puis Mia Sheridan relate et accompagne parfaitement bien les explications qui nous permettent de constituer le puzzle. Cependant, les héros ne m’ont pas touchée comme je l’aurais cru. Mais peut-être que le point de vue du héros saura davantage me séduire. Rendez-vous le 13 octobre.

N. B. Il est bon de savoir que Léo est le premier livre de la série Sign of love qui compte 9 romans et dont dépend Archer’s Voice (#4). Les romans se lisent indépendamment les uns des autres et chaque histoire est axée sur un signe du Zodiaque. Elles ne se suivent pas et les personnages sont différents, sauf pour les histoires de Léo et de Calder où deux tomes leur sont consacrés.

Éd. Hugo Roman (Collection New Romance), septembre 2016.

Lien vers le #1 : Leo’s chance

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s