Le Roc (Les chevaliers des Highlands, Tome 11) – Monica McCarty

Le Roc (Les chevaliers des Highlands, Tome 11) – Monica McCartyPour acheter ce titre via Amazon
Depuis sa tendre enfance, Thomas MacGowan est fou amoureux d’Elizabeth Douglas, la fille du laird. Lorsqu’elle a été envoyée en France, il l’a attendue, plein d’espoir. Mais à son retour en Ecosse, la « petite Ella » a bien changé. C’est une dame à présent, et elle ne peut épouser le fils d’un forgeron. Trois ans plus tard, Thomas, surnommé le Roc, a intégré la célèbre garde des Highlands où il exerce ses talents de grimpeur hors pair. Quand Ella vient le supplier de voler au secours de son jeune frère capturé par les Anglais, il refuse sèchement. Il n’est plus ce nigaud transi d’amour, et il ne veut plus d’elle dans sa vie. Croit-il…

L’avis de Nine:
C’est arrivé ! Pour la première fois, je n’ai pas été emballée par l’histoire de cet onzième tome. Thomas, le héros est une nouvelle recrue de la garde des Highlands que nous avions entraperçu dans le tome précédent. Autant j’ai beaucoup aimé revoir ce jeune homme loyal, discret et réservé, autant j’ai développé une aversion quasi immédiate pour sa dulcinée. Ce qui a fortement amenuisé mon enthousiasme. Et même le contexte historique passionnant et les guerriers fascinants n’ont pas réussi à me faire changer d’avis.

Thomas est vraiment un personnage pour lequel on tombe amoureux presque instantanément. Il force au respect par sa volonté à devenir Chevalier et s’élever dans l’échelle sociale. Il brave avec courage les nombreuses brimades dues à ses origines, étant fils de forgeron, et il essaye d’oublier la femme qu’il aime. Prévenant, doux, il est l’ami qu’on rêve toute d’avoir. Et son amour pour Elisabeth, la fille d’un Laird, est pur et intense.

Son pendant, en revanche, est vraiment imbuvable dans son comportement naïf et enfantin. Elisabeth est de plus dotée d’un égoïsme galopant. J’ai eu beaucoup de mal à ne pas lever les yeux au ciel lorsqu’ils interagissent. C’est dommage, car je ne pense pas que l’auteure ait souhaité transmettre ces sentiments-là… Cette réaction m’a gênée forcément et n’a pas aidé à trouver ce couple harmonieux. Même si les cinquante dernières pages rehaussent un petit peu cette impression.

Néanmoins, lorsqu’il s’agit de Monica McCarthy qui a un don certain pour vous plonger dans cette époque riche en évènements et ce pays aux horizons escarpés, certaines faiblesses sont un peu gommées. Sa plume est soignée, méticuleuse et entraînante. Mais, je ne peux m’empêcher de penser que ce tome n’était pas nécessaire. En outre, je suis pressée de lire Le spectre qui sort le moins prochain en espérant retrouver l’exaltation qui m’accompagne toujours quand j’entreprends la lecture d’un tome de cette série majeure dans le genre. À suivre donc…

Éd. J’ai lu pour elle (Collection Aventures & Passions), septembre 2016.

Lien vers le #4 : La vipère
Lien vers le #5 : Le Saint
Lien vers le #6 : La Recrue
Lien vers le #7 : Le Chasseur
Lien vers le #8 : Le Brigand
Lien vers le #9 : La flèche
Lien vers le #10 : Le frappeur
Lien vers le #12 : Le spectre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s