Ça a commencé comme ça – Angéla Morelli

Ça a commencé comme ça - Angéla Morelli Pour acheter ce livre via Amazon
Ça a commencé quand Flore a fait brûler sa confiture de groseilles . Ou alors, quand son père l’a appelée à l’aide, coincé entre les branches du vieux pommier. En fait, non, ça a vraiment commencé quand ses amis l’ont inscrite au concours de confitures. Oui, c’est à partir de ce moment-là que la vie de Flore a pris un tournant inattendu.
Car la jeune mère célibataire presque trentenaire a dû faire face à un obstacle de choix : confectionner une confiture aux figues… sans figues. Et, malgré la mobilisation de tout le village pour la soutenir dans sa quête, impossible de trouver les fameux fruits au beau milieu de cette canicule qui frappe le Sud-Ouest de la France. Impossible ? Non, pas tout à fait. Car il y a bien quelqu’un qui en a, des figues : Corto, le beau jardinier mystérieux que tous les habitants du village considèrent avec méfiance. Et pour cause : il est tatoué et dégage une aura de mystère et de danger.
Alors, oui, ça a commencé comme ça, avec un concours de confitures, une pénurie de figues et Corto.

L’avis de Nine:
Je suis cette auteure que j’apprécie depuis un moment, et pourtant c’est la première fois que je me plonge dans un de ses ouvrages. Je sais, honte à moi ! Pour réparer ce faux pas, je suis en mesure dorénavant d’intégrer la team Angela ! Il faut noter que le rite de passage a été exécuté à la perfection entre franches rigolades et une bonne humeur permanente. La petite phrase au dos du livre nous promet un roman léger, émouvant et garanti feel good, c’est réussi, bien qu’on devine comment l’histoire de Flore et Corto va se conclure. On s’en moque et on vit un moment de lecture fun et distrayant.

Flore est une jeune femme totalement charmante et d’un dévouement exemplaire. On a parfois envie de la voir perdre patience, mais que nenni, elle est d’une bonté et d’une bienveillance exemplaire. C’est l’amie qu’on rêve d’avoir. Un brin effacée, une enfance pas simple et gentille jusqu’à la racine de ses boucles rouquines. Elle cumule une multitude de petits boulots pour subvenir à ses besoins, ceux de sa délicieuse fille et de son père. La voilà tour à tour pâtissière émérite, confiturière créative de renommée dans son petit patelin, apprentie en préparation de crèmes et de pesticides en tout genre et épicière. Et le peu d’heures qui lui restent , elle les passe en compagnie de sa meilleure amie Fanny, sa sœur de cœur, son roc.

Flore a peu d’expérience, sa seule histoire d’amour s’est soldée avec l’arrivée de sa fille alors qu’elle n’avait que dix-huit ans et un ex qui l’ignore royalement. Mais les six années de disette volent en éclat lorsqu’elle regarde Corto, le nouveau paysagiste du village. Corto est le bad boy par excellence, ou du moins est-ce l’image que je m’en fais ! Mature, beau comme Dieu, compétent, mais aussi très mystérieux. Les mauvaises langues du village le soupçonnent même d’être un voyou ! Seulement la réaction du corps de Flore s’en fou un peu et elle est complètement subjuguée et intimidée par la bête. Alors lorsqu’elle a besoin de le solliciter pour participer au concours de meilleur confiturier, est-ce que cela se limitera seulement à un échange banal ? Où le désir qui crépite va leur exploser à la figure ?

Je suis vraiment enthousiaste. Cette histoire recèle toute les petites choses qui en font une grande histoire. Une héroïne à laquelle on s’identifie tout de suite, un homme à tomber par terre qui tantôt vous repousse, tantôt vous happe, et un récit bien ficelé qui vous entraîne. Angéla Morelli a une plume vraiment vive, descriptive à tel point que vous visualisez l’intégralité des situations. Seule fausse note pour moi : Flore fredonne trop souvent du Sardou ! Vous l’aurez compris, j’ai a-do-ré cette histoire qui vous enrobe d’une crème pâtissière légère, onctueuse, et vous met le sourire aux lèvres. Si vous souhaitez passer un bon moment de lecture, n’hésitez pas !

PS : Madame Morelli, une histoire sur Fanny serait vraiment excellente, car la jeune femme a un tempérament de feu et on a envie de connaître ce monsieur bien sous tout rapport !

Éd. Harlequin, octobre 2016.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s