La Justicière : La finale des coupables – Marc Aubin

La Justicière: La finale des coupables Acheter ce livre via Amazon
Le cadavre lacéré d’un homme récemment acquitté d’une accusation pour homicide conjugal est retrouvé, au petit matin, sur la plage d’une municipalité du Québec. Tout porte à croire que ce meurtre atroce est l’œuvre d’une femme motivée par un désir de vengeance, déterminée à imposer sa propre justice d’une manière très particulière. Les criminels qu’elle cible devront payer cher le crime dégoûtant qu’ils ont osé commettre. Les horribles assassinats ne tardent pas à se succéder. L’inspecteur Jacques Fournier, qui compte avec dépit les corps mutilés que la redoutable meurtrière laisse sur son passage, tente par tous les moyens d’élucider le mystère. Réussira-t-il à expédier cette reine sanguinaire derrière les barreaux?
Sans dévoiler son identité, la Justicière confie au lecteur les secrets tourmentés de son adolescence, ses premières expériences tordues avec les hommes, puis la progression de ses fantasmes jusqu’au jour où elle endosse pleinement sa nature de dominatrice. Ainsi témoin de son évolution psychologique et de ses aspirations, le lecteur comprend que la Justicière n’est nulle autre que l’un des sept personnages féminins du roman, mais lequel? Saurez-vous le découvrir?

L’avis de Leelane:
Le polar n’est pas trop mon genre de prédilection, mais je dois avouer que celui-ci me faisait de l’œil depuis un moment. Je ne suis pas déçue, j’ai adoré cette lecture. Le contenu est assez particulier et quelques détails peuvent choquer les âmes sensibles. C’est l’histoire d’une dominatrice sadomasochiste qui excelle dans sa disciple et qui va atteindre un niveau plus qu’extrême encore. En parallèle, il y a une enquête policière qui se déroule durant tout le récit.

On fait la connaissance de cette dame qui, depuis sa plus tendre enfance, a des désirs d’un genre décalé. Elle fait ses armes sur ses petits camarades de classe et découvre très vite son besoin d’avoir les hommes à ses pieds, lui obéissant au doigt et à l’œil. Au fil de sa maturité, elle rencontre des gens différents et s’aventure dans le SM qui l’excite. Et ne tarde pas à passer à l’extrême : la torture jusqu’à ce que mort s’ensuive. Une grande jouissance pour elle qui sème de nombreux cadavres autour d’elle. Elle jette son dévolu et tue des criminels relâchés, en cavale ou graciés. Est-ce que ce combat peut être nommé comme étant « normal » ? Est-ce que ces gens méritent la mort ?

La police mène l’enquête, elle est totalement désœuvrée face à cette Justicière qui n’a de cesse de les narguer. L’auteur glisse des indices ou des bouts de scène qui perturbent et nous oriente vers de fausses pistes. La police mouline et l’enquête est au point mort. Puis tout s’accélère et une course contre la montre est lancée pour démasquer la Justicière.

Un roman que j’ai adoré construit d’une manière vicieuse pour notre plus grand plaisir. L’auteur joue aussi bien avec nous qu’avec cette unité de police, c’est bluffant. Le dénouement est fantastique, c’était là sous les yeux depuis le début et personne n’a rien vu ni soupçonné. Un livre qui parle tout de même de mise à mort dans un certain contexte. Le sujet pourrait s’apparenter à une justification cachée de la peine de mort. Bien que je ne pense pas que ce soit le thème qu’ait voulu aborder Marc Aubin. En tout cas, on s’attache au personnage principal et on en arrive même à se dire : « ce n’est pas grave si elle les tue, car ce sont des criminels ! »

C’est un très bon livre et mon coup de cœur de ce début d’année. Je suis curieuse de savoir si toutes ses organisations secrètes mentionnées sont pure invention ou si elles existent vraiment.

Éd. Les éditions de l’Apothéose, octobre 2016.

coup de coeur

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s