Respire – Vincent Morrone

Acheter ce livre via Amazon
Quand Cassie Shaw regarde Noah Hunt, elle voit un preux chevalier en armure brillante, mais elle est convaincue qu’il ne la voit que comme quelqu’un de fragile. Noah l’a sauvée d’une agression brutale, l’a aidée à surmonter sa crise d’angoisse et l’a soutenue lorsqu’elle s’est effondrée. Noah est un mystère. Il évite à tout prix de parler de son passé, son téléphone ne cesse de sonner – des appels de quatre femmes dont il ne veut pas parler – et il reçoit des messages d’une douzaine d’autres. Pour couronner le tout, quand Cassie essaie de l’embrasser, son regard se pare d’un voile de panique absolue. Finalement, Cassie trouve une faille dans l’armure de Noah et réalise qu’il est encore plus brisé qu’elle. Il l’a sauvée. Maintenant, c’est à son tour de le sauver. Note : Ce récit contient une scène relatant une agression sexuelle, pouvant être perturbante pour certaines personnes.

L’avis de June:
L’histoire des deux héros est un pas au cœur de l’horreur, celle qu’ils ont vécue dans le passé. Un passé qui continue à les hanter l’un et l’autre. Que ce soit pour Cassie qui a assisté au meurtre atroce de sa mère ou pour Noah qui est le fruit d’un viol et d’une séquestration. Leurs destins ne les prédestinaient pas à se rencontrer, mais une agression les amène à se rencontrer.

Depuis la mort de sa mère, Cassie survit et essaie tant bien que mal de se reconstruire et ne plus avoir peur des autres, surtout des hommes. Alors quand elle est agressée par un étudiant, tout remonte à la surface et l’angoisse menace de l’étouffer, mais un jeune homme la secourt et la protège. C’est ainsi qu’elle rencontre Noah, un jeune homme de son âge, qui se prédestine à devenir policier. Il est mystérieux, reçoit des appels de femmes dont il cache l’identité et s’éclipse aussitôt sans donner d’explication. S’en est troublant pour Cassie et ses amis qui n’ont guère de secrets les uns envers les autres.

Noah a ses raisons et n’est pas prêt à les partager. Bien conscient que ce doit être difficile à accepter pour les autres, sa plus grande peur étant que Cassie ne le voit plus de la même façon et ne veuille plus de lui. C’est un passé et une histoire bien trop lourds à porter pour un si jeune homme, qui l’empêchent de nouer des relations amicales ou amoureuses. Il ne se sent pas digne alors qu’il est charmant, attentionné et dévoué. Il va surtout devoir accepter qu’il n’est pas son propre bourreau et qu’il ne le sera jamais. Il n’y arrivera pas seul et, grâce à Cassie, il peut enfin espérer voir le bout du tunnel et toucher l’espoir d’une vie meilleure.

L’auteur aborde des thèmes très forts, le viol, la séquestration, la torture, le sadisme, la mort, la reconstruction… Et, en prime, offre une intrigue en second plan qui est plus ou moins liée aux héros. Il le fait très bien, peut-être trop bien, on ne tombe pas dans le mélo, bien que les drames aient une place très importante. Tout est bien ficelé, on est emporté sans pouvoir lâcher le livre avec l’optimisme de voir apparaître un peu de ciel bleu dans leur univers si gris et triste.

Mais j’ai un bémol, car malheureusement je suis passé à côté. Moi qui ai d’habitude facilement la larme à l’œil et une forte empathie pour les personnages, ici rien. J’ai été touchée par leur histoire parce qu’on ne peut pas rester indifférents devant autant de monstruosité humaine, mais leurs destins ne m’ont rien évoqué. Il m’a manqué cette compassion et ce maelstrom d’émotions dans lequel l’auteur aurait pu nous emporter pour avoir ce petit coup au cœur qui donne l’impression qu’il se brise pour eux. Ce petit plus qui fait tomber amoureux des héros.

Cela dit, il n’en reste pas moins un livre à découvrir. Même si, nous sommes loin de la lecture doudou que l’on affectionne parfois, il est bienvenu de changer d’univers et s’apercevoir qu’il reste encore de l’espoir pour les victimes.

Éd. Juno Publishing, avril 2017.

Publicités

Une réflexion sur “Respire – Vincent Morrone

  1. Que tu me donnes envie de me plonger dans leur univers… La couverture dégage tellement de tendresse et de quelque chose d’unique. Un peu comme si nous étions des voyeurs!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s