L’amant souverain (La confrérie de la dague noire, Tome 12) – J.R. Ward

L'amant souverain (La confrérie de la dague noire, Tome 12) Longue vie au Roi ! Après avoir passé des siècles à refuser son rôle, Wrath, fils de Wrath a enfin fini par accepter de succéder à son père sur le trône, avec le soutien de sa compagne bien-aimée. Mais la couronne lui est un lourd fardeau. Alors que la guerre avec la Lessening society fait rage, la menace de la Bande des Bâtards n’arrange rien et les choix que Wrath est obligé de faire font courir des risques à ceux auxquels il a promis sa protection. Beth Randall avait cru comprendre ce à quoi elle s’engageait en acceptant de s’unir au dernier vampire pur sang de la planète, mais la vie n’a rien d’un long fleuve tranquille pour le couple royal. Lorsqu’elle décide d’avoir un enfant, la réponse négative de Wrath la surprend beaucoup, et plus encore la distance que son voeu provoque entre eux deux. la vraie question est qui sera le plus fort : l’amour ou le devoir ?

L’avis de Nine :
C’est un exercice ardu, pour moi, d’écrire un avis sur ce douzième tome. Déjà, faut savoir que cette série est ma SÉRIE fétiche ; celle qui a su m’émoustiller, m’émouvoir, me passionner et me toucher comme aucune autre dans ce genre. Celle que j’ai lue et relue sans jamais m’en lasser, du moins jusqu’au tome 8 ! Depuis le tome 9, j’ai comme un petit blocage et n’arrive plus à faire le grand saut et à me replonger avec autant d’addiction et d’engouement.

J’avais déjà l’impression que J.R. Ward avait raté le timing avec le tome sur Blay et Vihf/Quinn et qu’elle avait perdu son feeling légendaire… J’ai donc commencé ce nouvel opus avec appréhension et en même temps excitation de retrouver son univers, son aura, son sens de la mise en scène et son humour des débuts. Malheureusement, ce tome ne relève pas le niveau pour moi.

Certes, il y a des scènes intéressantes et joliment écrites, mais bien trop rares au regard de l’épaisseur du livre. Revenir avec un tome centré sur le premier couple, les souverains de la Race, était une bonne idée, mais où sont passés les Frères ?! Pourquoi avoir choisi d’insérer d’autres histoires qui, d’après moi, prennent beaucoup trop de place et surtout ne nous avance pas beaucoup plus sur le schmilblick. Et puis le découpage des chapitres est bien trop aléatoire et pas vraiment cohérent de mon point de vue.

Les avantages que je note quand même dans ce tome sont d’avoir un peu plus de billes sur l’histoire de Trez et ses obligations, d’entendre enfin IAm prononcer trois phrases et se livrer un peu plus, que le roi et la reine constituent une famille, la suite logique de leur histoire cela dit, et l’arrivée de S’ex ! J’avoue que ce personnage m’intrigue et son prénom ne laisse aucune place à l’imagination, ça promet donc, surtout quand c’est J.R. Ward qui est aux manettes…

En revanche, grosse déception pour Xcor & Layla. Les passages les concernant sont soporifiques, je n’ai pas du tout ressenti l’alchimie ou l’imprégnation comme c’était le cas des autres mâles pour leur future Shellane. Et que dire de Sola et Assail/Assauhlt ? Ils sont un couple prometteur, sans aucun doute, mais j’avais tellement envie de retrouver Wrath/Kholer et Beth et la Confrérie que je suis passée à côté d’eux. Bon, j’imagine que nous allons les retrouver par la suite, alors à suivre.

En fait, ce qui m’irrite, c’est que j’ai l’impression que l’auteure n’a plus grand-chose à nous raconter avec les frères, alors que moi j’en veux plus, beaucoup plus ! Oui d’accord, ils sont maqués, mais punaise leurs joutes verbales, leurs filiations, leur groupe a encore des tas de choses à nous dire, non ?! Et les couples aussi ! Dans cet opus, on dirait des vieux pépères bien rangés, alors que dans le même temps J.R. Ward nous fait monter la pression avec la bande de Bâtard/Salopard. Ils devraient être sur le pont non ? Mais où est passé V avec ses recherches de ouf sur internet et ses gadgets à gogo. Où est passé Rage avec sa sucette dans le bec et ses blagues foireuses et Lassiter quoi ! Pour ne citer qu’eux, sachant que tous les autres personnages ont, eux aussi, des particularités uniques… Et comble de tout pour moi, Vihf/Qhuinn et Blay sont inexistants.

Aussi, pour toutes ses raisons, mon avis sur ce tome est en demi-teinte, car il est bien loin du niveau que cette auteure nous a habitué. Je suis sûrement sévère, mais je suis tellement fan des écrits de la dame et des nombreuses pépites qu’elle nous a livrées, qu’il m’est impossible de réagir autrement. Je suis convaincue que certains lecteurs apprécieront ce nouvel opus, mais pour moi, il est vraiment très loin de la belle époque !

Éd. Bragelonne, mai 2015.

Lien vers le #13 : L’amant des ombres
Lien vers le #14 : L’amant sauvage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s